L’impasse!

machiavelismeurbain.png


L’évolution des sociétés dépend des mentalités et celle-ci dépend de l’éveil des consciences des individus qui composent la société. Le progrès des peuples et par conséquent strictement lié à la prise de conscience de chaque individu de la nécessité de s’améliorer qualitativement en principes, en valeurs et en éthique afin de contribuer personnellement à la revalorisation de la société à laquelle il appartient.

Une société qui grince et qui coince est une société malade. Elle est ainsi, car les membres qui la constituent sont en majorité atteints d’handicapes qui entravent le bon fonctionnement des instances de leur société, celles-ci se trouvant entre les mains de personnes, invalides consciencieusement, finissent par rouiller et vivre un dysfonctionnement tel que l’anarchie s’installe et prend possession des centres vitaux de la dite société.

Notre société est malade, elle est agonisante parce que ses individus sont touchés par des virus destructeurs qui menacent continuellement sa stabilité et son progrès.

Que faire alors? Il est impérativement urgent d’agir pour sortir de cette léthargie, de cette impasse sociale? Seulement ceux qui sont sensés agir sont handicapés et on ne peut confier un secteur vital à une personne inapte pour remplacer un individu inapte, comme on ne peut changer une roue crevée par une autre roue crevée. Ceci est inconcevable, d’autant plus que c’est la réalité courante dans notre société. Une réalité ahurissante et absurde qui plonge le peuple dans un désarroi absolu.

Il est communément admis et reconnu que pour éviter le chaos social il faut faire blocus à l’anarchie d’où la nécessité d’élire et de nommer des individus de la société aptes sur les plans moral et éthique pour veiller au bon fonctionnement des rouages de la société et ce en s’attelant à élaborer des lois capables d’assurer à tout individu des droits pour le protéger des vautours,autres individus sans scrupule, qui ne cherchent qu’à abuser d’autrui, de leur quiétude et de leur bien être social .

Or, la complexité fort fastidieuse ne réside point dans l’art de concocter des lois et de les promulguer, mais dans la volonté et le courage de les mettre en oeuvre et de les appliquer équitablement, consciencieusement, scrupuleusement et impartialement à tout individu sans aucune distinction quelconque quant à son statut social aussi influent soit-il.

Seulement pour que cela puisse se concrétiser de la manière la plus juste qu’on puisse espérer, il faudrait que dans la société apparaissent des individus suffisamment intègres, mais aussi suffisamment téméraires pour oser aller à contre-courant de la masse d’individus tellement fourbes, qui ne cessent de narguer les lois en abusant de leur machiavélisme et ce dans le seul dessein de mieux combler leur égocentrisme.

L’impasse est, donc, celle de savoir que les vautours régentent notre société et font reculer,en effrayant, les rares colombes qui osent braver leur arrogance et leur suprématie accablante.
B.Halim

Sages Délires |
Les mots vainqueurs |
Le mystère du lapis-lazuli |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Il y a penser et pensées ...
| mademoisellec
| carnet de notes