La politique de l’absurde?

absurde1.jpg

La politique de l’absurde.

Si l’on considère la politique comme étant « ce qui a trait au collectif, à une somme d’individualités et/ou de multiplicités » il sera dit, de ce fait, de toute « personne qui ne s’intéresse pas qu’à elle-même qu’elle pratique de la politique »

Partant de ce principe, nous comprenons donc que le politicien est celui qui d’abord agit dans le but de servir l’autre. Le politicien serait celui qui veille au bien-être de ceux qu’il représente. Tout politicien est donc altruiste et son Moi s’efface devant l’Autre. C’est un choix, une sorte de sacrifice. Mais combien de nos politiciens répondent et correspondent à ce profil ?

Et si l’on considère l’absurde comme étant ce qui est contraire et échappe à toute logique ou à tout sens commun, il serait considéré comme absurde toute action entreprise dans un collectif par des politiciens qui ne s’intéressent en fait qu’à eux-mêmes plutôt qu’aux autres à savoir le peuple.

Ainsi, un gouvernement en crise doit exercer une vraie politique, autrement dit, il est censé entreprendre des actions raisonnées à l’égard du collectif, se trouvant au centre de la crise, afin que ce dit collectif s’en sorte indemne et qu’il jouisse de la quiétude sociale à laquelle il aspire et pour laquelle il a élu le dit gouvernement.

Mais alors qu’elle serait donc la politique de l’absurde ?

Conformément à notre vécu, elle serait celle entreprise par des « pseudos politiciens », élus par des « pseudos électeurs » pour une « pseudo gestion »des affaires du peuple. Elle serait celle d’un gouvernement qui en pleine crise économique accable le citoyen, désespéré, par des discours de misère et des actions bidon alors qu’en parallèle le citoyen ahuri, stupéfait et abusé assiste à des actions aberrantes et insensées qui ne servent nullement l’intérêt du peuple et qui contredisent pleinement les discours des politiciens.

La politique de l’absurde est celle du politicien chevronné qui ne cesse de gueuler que le pays passe par une crise et donc nécessite une politique de réajustement draconienne afin de lui éviter une fatidique « crise cardiaque », alors que le « pseudo citoyen » demeure spectateur d’une action incompréhensible, puisque aberrante, entreprise par des responsables qui mettent en place des systèmes qui accablent davantage le « pseudo citoyen ».

La politique de l’absurde c’est finalement celle qui permet à ceux censés devoir veiller aux seuls intérêts des citoyens en sacrifiant, par pure conviction, leurs propres intérêts de penser en priorité à assurer leur avenir plutôt que de se soucier de l’avenir de ceux qui les ont élus.

La politique de l’absurde n’est, en fait,que la prise de pouvoir d’un véritable égoïste qui joue la comédie du pseudo altruiste .

Notre vécu est indéniablement témoin de cette absurdité devenue, fâcheusement, logique par la force de nos « politiciens ».

B.Halim

Laisser un commentaire

Sages Délires |
Les mots vainqueurs |
Le mystère du lapis-lazuli |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Il y a penser et pensées ...
| mademoisellec
| carnet de notes